infolettre en
éléments
Total
excluant les taxes et la livraison
Votre panier est vide
Le produit a été ajouté au panier!

blogue

Monte Video: l'histoire derrière la fameuse sauce trinidadienne

Publié le 02 juin 2021 par Ethné de Vienne
Monte Video

Philippe et moi avons visité Monte Video en janvier 2011, alors que nous étions en train de filmer une série documentaire sur les traditions et les cultures des épices. Petit village de pêcheurs sur la côte nord de Trinidad, Monte Video était bien connu pour sa vocation première : la pêche. Cependant, cette communauté idyllique au bord de la mer était également célèbre pour une ou deux autres activités. Premièrement, la qualité apparemment incomparable de la ganja (mot hindi signifiant chanvre ou marijuana) cultivée dans le terroir exceptionnel et fertile du village. Deuxièmement, la sauce typiquement antillaise, audacieuse, fruitée, épicée, férocement savoureuse et très piquante créée et produite par un habitant local connu de tous sous le nom de Bishop!

Sauce

Nous nous sommes sentis privilégiés lorsque Bishop a accepté de participer au tournage de l’épisode mettant en lumière les traditions culinaires créoles de Trinidad ainsi que la culture des épices. Nous nous sommes sentis encore plus bénis lorsque Bishop a généreusement partagé sa recette avec nous en plus de nous enseigner toutes les étapes de la fabrication de sa célèbre sauce piquante, le tout capté sur vidéo.

C’est par le biais de mon cousin Alan, un participant passionné du match de cricket annuel joué entre les cultivateurs de la denrée herbacée la plus connue de Monte video — « The Growers » — et leurs acolytes citadins très reconnaissants — « The sellers » — que nous avons rencontré Bishop. Alan a appris à connaître ce créateur de sauce piquante en raison des nombreuses visites qu’il a faites au village au fil des ans — ostensiblement pour explorer ses sentiers de randonnée, et éventuellement pour le cricket — nous a-t-il affirmé.

Une grande partie de la tradition annuelle des matchs de cricket était la rencontre d’après match ou « lime » comme on l’appelle dans le langage local. C’était une activité très attendue et très fréquentée, au cours de laquelle des plats faits maison, de grandes quantités d’alcool et des échantillons de la récolte prolifique de ganja du village étaient disponibles. La nourriture servie pendant le cricket « lime » était une source de grande fierté pour la communauté : ceci signifiait que la sauce piquante de Bishop était toujours à portée de main, ce qui en élevait le statut car elle devenait un autre condiment de base de Monte Video que les habitants et les visiteurs reconnaissants savouraient avec enthousiasme.

Fist Bumb

Avec la bénédiction de Bishop et selon ses instructions, Philippe et moi avons commencé à reproduire la sauce dès notre retour à Montréal. Les fruits et légumes qu’il a cueillis dans son jardin ont été remplacés par des fruits et légumes similaires importés d’Asie, et nous avons imité ses méthodes et techniques au mieux de nos capacités. Cependant, nous avons été rapidement pris de court par un problème de marketing inattendu : Bishop n’a jamais senti le besoin d’étiqueter ses bouteilles de sauce piquante puisque tout le monde savait d’où elle venait, à quoi elle était censée ressembler et goûter et, surtout, où la trouver. Alors, comment nomme-t-on un produit sans étiquette?

Nous avons toujours préféré les noms géographiques : c’est ainsi que ce condiment étonnant, créé à l’origine par un homme de Trinidad incroyablement généreux nommé Bishop a fait ses débuts en Amérique du Nord orné d’une étiquette sur laquelle on pouvait lire « Sauce Piquante Monte Video Pepper Sauce ».

Lorsque Bishop est décédé il y a quelques années, c’était en sachant que sa précieuse sauce piquante avait fini par être appréciée par des clients de la boutique d’Épices de Cru® du marché Jean-Talon où elle était vendue depuis sa création.

Catégories

A propos de l'auteur

Ethné de Vienne

Ethné de Vienne est née à Trinidad, aux Antilles; la cuisine aux épices a donc, pour ainsi dire, toujours fait partie de sa vie. Elle a travaillé dans la mode durant plusieurs années, avant de  diriger, en compagnie de son partenaire Philippe, un service de traiteur renommé à Montréal. Aujourd’hui chasseuse d’épices à temps plein, elle s’occupe avec grand soin des relations entre Épices de cru et son vaste réseaux de petits producteurs aux quatre coins du globe. S’il n’en tenait qu’à elle, tous les plats seraient relevés de cumin ou de zaatar, et très probablement d’une petite rasade de rhum!