infolettre en
éléments
Total
excluant les taxes et la livraison
Votre panier est vide
Le produit a été ajouté au panier!

blogue

Le piment d’Espelette du Québec

Publié le 27 octobre 2015 par Épices de cru
Le piment d’Espelette du Québec

Les meilleures parties de chasse aux épices ont généralement lieu en terrain inconnu et, le plus souvent, en sol étranger. Il faut parfois aller bien loin pour dénicher l’exceptionnel : à plusieurs heures de route (quand ce n’est pas un sentier!), au-delà d’un lac méconnu, de l’autre côté d’une montagne escarpée ou au fin fond d’une vallée. Il arrive aussi, nous l’apprenons avec le temps, que nous fassions des trouvailles beaucoup plus près de chez nous qu’on ne l’aurait pensé.

Depuis une bonne dizaine d’années, le piment d’Espelette a fait son entrée dans les cuisines du Québec. Chaque semaine, plusieurs clients entrent en boutique à la recherche de ce fameux piment, bien souvent parce qu’il figure sur la liste d’ingrédients d’une recette qu’ils veulent essayer. Il existe des centaines de variétés de piments cultivés aux quatre coins de la planète… pourquoi donc un tel engouement face à celui-ci?

Kiosque Palardy au marché Jean-Talon

Si on se fie à ce qu’on nous dit à notre boutique du marché Jean-Talon, on peut sans hésiter affirmer que les Québécois s’intéressent de plus en plus aux piments en général. Cela explique peut-être, en partie, le fait qu’on trouve du piment d’Espelette dans une foule de recettes de livres et d’émissions de cuisine d’ici.

Ce qu’il faut savoir, c’est que le piment d’Espelette est le produit d’une agriculture d’appellation d’origine protégé depuis 2008 (AOP). C’est en fait un piment de la variété qu’on appelle Gorria et il est cultivé au Pays Basque, dans la région d’Espelette en France -ce qui explique aussi son nom. La consommation de piments sur le terroir français est très limitée et la culture l’est encore plus. Par contre, la notoriété de nos cousins français en matière de gastronomie n’est plus à faire, et disons que cette réputation a grandement contribué à faire de l’Espelette un piment vedette.

Sur son territoire d’appellation d’origine, le piment basque est cultivé, cueilli et séché selon des règles traditionnelles, qui mettent à profit le savoir-faire des habitants de la région. Bien entendu, ce piment est abondamment utilisé dans la cuisine basque. Sa douceur et ses arômes fruités permettent de l’utiliser en finition dans les plats et l’on s’en sert avec les poissons, les moules, les omelettes, les plats de viandes ou de volailles (le fameux poulet basquaise) et les charcuteries. C’est un piment passe-partout qui se marie bien à tous les types de cuisine et qui ne risque pas d’incommoder les papilles moins habituées au piquant.

Les Palardy

Bien qu’il soit surtout connu en tant que piment d’Espelette, le piment Gorria est maintenant cultivé dans différentes régions du monde. Certains cultivateurs du Québec s’y sont également intéressés et obtiennent des résultats plus qu’intéressants. Lorsque nos voisins du marché Victoire et Michel Palardy ont commencé à offrir du piment basque sur leurs étals – parmi une foule d’autres piments colorés- nous avons été charmés par le produit. Philippe a par ailleurs toujours aimé les légumes des Palardy : « Les Palardy sont gentils et discrets, ils laissent parler leurs produits. Il est évident qu’ils portent une attention particulière à tout ce qu’ils récoltent, malgré la grande sélection d’herbes, fruits et légumes offerte. Ils sont pour nous d’authentiques cultivateurs québécois traditionnels.»

Le piment d’Espelette du Québec

Nous sommes donc très heureux d’avoir ajouté le piment Gorria des Paladry à notre sélection cette année. Nous sommes surtout fiers de dire à nos clients qui recherchent le fameux piment d’Espelette que notre piment provient de Sainte-Madeleine, en Montérégie. Voilà la preuve que, même si l’on parcourt le monde pour faire la chasse aux épices, c’est parfois près de chez soi que l’on découvre de véritables merveilles.

Catégories